Vous avez des questions ?   819.840.4544   info@fppu.ca

40 ans déjà !

40 ans

déjà !

Le 2 avril 1979, une poignée de professionnels des universités se sont réunis à Montréal pour se syndiquer sous l’égide de la Centrale de l’enseignement du Québec. De Chicoutimi ou de Rouyn-Noranda, de Hull ou de Trois-Rivières, ils sont venus pour donner une voix à leur profession méconnue. Ainsi est né l’organisme qui deviendrait la Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche.

Jetez un oeil aux étapes de notre histoire, ci-dessous. Quel bond entre le moment où notre fédération a recruté les professionnels de l’Université de Sherbrooke, en 1987, et de l’École nationale d’administration publique, en 2014… Le nombre de nos syndicats est passé de 4 à 11. Nous représentons aujourd’hui quelque 1600 membres d’un bout à l’autre du Québec, et jusqu’à Moncton.

Nous sommes les héritiers d’une philosophie particulière. Nous exerçons un syndicalisme de dialogue et de négociation, ce qui n’exclut pas la fermeté des convictions. Le coup de main plutôt que le coup de poing : c’est le credo de la fédération. Cette approche a mené à des victoires majeures, telles que le grand déblocage salarial de 2009 et la syndicalisation de nombreux professionnels de recherche.

En regardant derrière, nous sommes médusés de constater à quel point la mise en commun des expériences a mutuellement enrichi nos membres. En regardant devant, nous nous voyons continuer à innover pour faire de nos milieux de travail des organisations plus équitables, agréables et performantes.

Bernard Gaucher, président
Claude Fortin, vice-présidente

LA FÊTE

en images

LE MAGAZINE

anniversaire

PIONNIERS

du mouvement

PERSPECTIVES

de la relève

Qu’est-ce que les professionnels apportent au réseau de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Depuis 40 ans, la FPPU a travaillé constamment pour faire connaître et reconnaître les professionnels, mais une réalité demeure : les professionnels sont le secret le mieux gardé pour l’avancement de nos institutions. Ces femmes et ces hommes sont souvent la mémoire des départements, des laboratoires ou des services où ils évoluent. L’expertise et la rigueur qui les animent guident souvent les décisions qui modèlent le développement de nos institutions. Pourtant, les professionnels occupent rarement l’avant-scène, et c’est le cas particulièrement en recherche. Ce n’est pas un drame en soi, puisque cette attitude correspond à la patiente discrétion de bon nombre de nos membres. Mais la FPPU et ses syndicats doivent rappeler constamment que les professionnels sont le cœur et les poumons de nos organisations. Comme le voulait la formule d’une campagne récente : « Sans professionnels, pas d’université ! »

 

À quoi sert l’action syndicale de nos jours ?

Nos détracteurs voient les syndicats comme des organisations archaïques dotées d’une conception dépassée du monde du travail et qui n’ont plus leur raison d’être. Cette analyse un peu courte est un rappel à l’ordre constant. Plus pertinente que jamais, l’action syndicale doit aider les travailleurs à trouver des solutions aux problèmes actuels du monde du travail. Épuisement, difficultés organisationnelles, conciliation travail-vie personnelle, impacts des changements technologiques sur nos emplois : voilà autant d’enjeux qui appellent nos syndicats à chercher des solutions avec nos employeurs. Nos membres peuvent ainsi trouver un plus grand équilibre dans le travail, et offrir la meilleure contribution possible à la société.

 

Comment la FPPU aide-t-elle votre syndicat à remplir sa mission ?

 La FPPU est une organisation à taille humaine qui réunit des groupes animés d’une vision commune. La somme de nos différences et de nos ressemblances est une mine d’or pour l’avancement de chacun de nos syndicats. Le partage des expériences aide chaque groupe à faire cheminer ses dossiers, sinon à éviter des embûches rencontrées ailleurs. Le soutien de la fédération est précieux, efficace, constant, mais surtout, il s’adapte aux particularités de notre syndicat. L’équipe de la FPPU offre un soutien sur mesure, et ne cherche jamais à nous imposer du « prêt-à-porter » à taille unique. Cet accompagnement personnalisé fait en sorte que nous avons développé des liens forts et sincères avec les gens de la fédé. Tant avec nos membres que nos vis-à-vis patronaux, la FPPU nous permet d’avancer avec confiance dans des dossiers souvent complexes.

 

Quelles sont vos plus belles victoires ?

La première est la syndicalisation des professionnels de recherche en 1998. La seconde, bien plus modeste, est la mise en place des mesures de conciliation travail-vie personnelle en 2011. Ces deux victoires partent d’une réflexion individuelle qui, sans l’action collective, aurait eu peu de chance de susciter des changements.

Dans les années 1990, quelques années après que l’APAPUS ait signé une première convention collective, Pierre Cabana, président de l’époque, prend conscience de l’extrême précarité des gens de la recherche. Un de ses cousins, bardé de diplômes, se retrouve sur la paille après 10 ans de loyaux services dans un laboratoire. Pas de droit de rappel, pas de fonds de retraite. Animé par la nécessité d’offrir des conditions plus décentes à ce groupe, l’APAPUS amorcera un combat acharné pour syndiquer ces professionnels, geste précurseur qui montrera le chemin dans le milieu de la recherche.

Plus récemment, au tournant des années 2010, certains professionnels tentent sans succès d’obtenir des horaires de travail tenant compte de leur réalité familiale. Je soumets une proposition de programme de réduction volontaire du temps de travail à ma directrice, qui en parle à un vice-recteur. Ce dernier se montre intéressé. Lorsque je m’engage syndicalement dans mon unité de travail, quelques mois plus tard, j’informe le comité de négociation de l’apparente ouverture de notre vis-à-vis. La proposition aide à faire débloquer le renouvellement de la convention collective, devenant un projet pilote dans l’entente de 2011. Depuis, d’autres syndicats membres de la FPPU ont obtenu des modalités semblables. C’est à travers cette expérience que j’ai découvert comment l’action syndicale peut être un vecteur de changement. L’engagement permet de faire émerger des idées qui nous tiennent à cœur personnellement.

 

Quels sont vos défis pour les prochaines années ?

L’un de nos gros défis a trait à ce que j’appellerais « la conciliation intergénérationnelle ». De tout temps, il y a eu une divergence de vues entre les gens des différentes générations. Mais la génération montante porte une vision du monde du travail qui risque de secouer solidement les assises de nos organisations, tant institutionnelles que syndicales. Combiné à la pénurie de main-d’œuvre, le discours des jeunes va nous amener à nous adapter sur divers enjeux : la prise en compte des besoins individuels, la mobilité professionnelle, ou encore l’équilibre entre la sécurité d’emploi et la rétention du personnel. Encore là, les syndicats devront se poser comme des acteurs de changement à l’écoute de ces besoins nouveaux, tout en cherchant à préserver les acquis et à les rendre compatibles avec les demandes exprimées.

Qu’est-ce que les professionnels apportent au réseau de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Les professionnels sont le ciment entre les briques du savoir et de la science ! Leur regard critique ainsi que leur désir d’aider l’autre amènent les professionnels à contribuer rigoureusement au développement et à l’application de nouvelles connaissances dans le réseau de l’enseignement et de la recherche.

 

À quoi sert l’action syndicale de nos jours ?

Les syndicats sont un des principaux moteurs d’équité sociale qui, dans le milieu de l’éducation et de la santé, devrait être l’une des valeurs principales. Plus spécifiquement, l’action syndicale permet, grâce à un dialogue respectueux, de faire valoir les droits et les intérêts des professionnels face à leurs employeurs.

 

Comment la FPPU aide-t-elle votre syndicat à remplir sa mission ?

 En tant que petit syndicat, il nous serait impossible de maîtriser toutes les expertises nécessaires pour bien soutenir nos membres. C’est ce que la FPPU nous apporte, dans un esprit convivial, d’écoute et d’adaptabilité. Côtoyer l’exécutif et d’autres syndicats lors des formations ou rencontres est aussi super stimulant et inspirant. On apprend toujours beaucoup.

 

Quelles sont vos plus belles victoires ?

La première grande victoire de notre jeune syndicat a été d’avoir accès à un fonds de pension. Pleins de belles avancées ont eu lieu par la suite, des congés de maternité jusqu’aux différentes mesures implantées pour accroître notre sécurité d’emploi. De façon plus globale, nous avons pu nous positionner au sein de notre établissement comme des partenaires à part entière.

 

Quels sont vos défis pour les prochaines années ?

Le défi de notre syndicat sera de conserver son unicité afin de continuer à répondre aux besoins des membres de façon utile, efficace et équitable. De manière plus générale, il serait pertinent de continuer à faire valoir, tant auprès des employeurs que des employés, l’utilité de l’action syndicale ainsi que ses bienfaits sur le bien-être et la productivité des gens.

Qu’est-ce que les professionnels apportent au réseau de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Les professionnelles et professionnels jouent un rôle prépondérant dans l’écosystème de la recherche au Québec. Bien qu’il soit souvent accompli dans l’ombre, ce rôle est multiple : il comprend notamment le soutien aux chercheurs et chercheuses, la centralisation de l’information et des expertises, ainsi que la formation et l’accompagnement de la relève. À cela s’ajoute le transfert des connaissances par l’organisation logistique d’activités variées, destinées tant aux spécialistes qu’au grand public. Sans ce personnel, il est pratiquement impensable que les équipes de recherche puissent assurer le plein déploiement de leur programmation scientifique, de même que leur pérennité. Dans le cas précis du Fonds de recherche du Québec — Société et culture, les professionnelles et professionnels jouent un rôle fondamental dans l’organisation du soutien financier aux chercheurs et chercheuses ainsi qu’à la relève étudiante (processus d’évaluation menant aux octrois de bourses et subventions).

 

À quoi sert l’action syndicale de nos jours ?

Elle assure la conservation des acquis et tend à l’amélioration concrète des conditions de travail dans un marché de l’emploi en pleine mutation, qui n’est pas toujours facile à cerner. Elle nous permet d’avoir une meilleure connaissance de ce dernier et d’ajuster nos décisions et actions en conséquence.

 

Quelles sont vos plus belles victoires ?

Avoir réussi à élaborer et mettre en place une convention collective qui réponde aux besoins spécifiques du personnel professionnel du Fond de recherche du Québec — Société et culture, dont la réalité est quelque peu différente de celle vécue par les gens qui évoluent dans les établissements universitaires.

 

Quels sont vos défis pour les prochaines années ?

Comme plusieurs nouvelles personnes se sont jointes à l’équipe dans les deux dernières années, un des défis sera de continuer à faire évoluer notre syndicat en considérant les besoins de la nouvelle génération en emploi. Aussi, la consolidation des communications et des relations entre les différents paliers de notre organisation demeurera au cœur de nos préoccupations.

À quoi sert l’action syndicale de nos jours ?

Avec une tendance à la droite dans les pays industrialisés, l’action syndicale a toujours sa place dans le monde du travail. Comme par le passé, les syndicats continuent à jouer un rôle majeur pour revendiquer de meilleures conditions pour les travailleurs. Ils participent aux pressions pour obtenir des réformes sociales ou pour s’opposer aux projets de loi ou aux décisions budgétaires qu’ils estiment néfastes.

 

Comment la FPPU aide-t-elle votre syndicat à remplir sa mission ?

La FPPU est une référence quasi quotidienne pour obtenir des conseils de tout genre, allant de l’interprétation des articles de la convention collective jusqu’au processus d’arbitrage, en passant par les avis légaux. Elle accompagne le syndicat dans la négociation de la convention collective en participant activement aux préparatifs et en fournissant un porte-parole qui siège à la table de négociation. Elle offre aussi des formations à ses membres lors des conseils fédéraux ainsi que des ateliers répondant aux besoins des syndicats dans les universités.

Ce qui distingue la FPPU des autres centrales syndicales, c’est la proximité des conseillers avec les syndicats affiliés. L’équipe de la fédération connaît bien les dossiers et les membres du comité exécutif de chaque syndicat et offre un service personnalisé, rapide et professionnel.

 

Quelles sont vos plus belles victoires ?

La plus mémorable est sans doute la syndicalisation des professionnels de recherche, en juillet 2011. Dans une sentence arbitrale de 1979, les chercheurs avaient été désignés comme les employeurs de ce personnel à l’Université du Québec à Chicoutimi. Cette jurisprudence a suivi le syndicat comme un boulet durant plus de 30 ans, et ce, malgré le fait que la plupart des professionnels de recherche œuvrant dans les autres universités québécoises obtenaient à tour de rôle leur accréditation.

En 2009, les employés étudiants se syndiquaient. Mis à part les cadres et le personnel administratif, les professionnels de recherche devenaient alors les seuls employés non syndiqués de notre établissement. Un mouvement de mobilisation a alors été mis en branle afin d’identifier et de contacter les personnes faisant partie de ce groupe. Le 7 juillet 2011 arrivaient les documents de constitution du Syndicat des professionnels de l’Université du Québec à Chicoutimi, unité recherche.

De nombreuses personnes ont travaillé avec acharnement à cette cause. Mentionnons Clémence Bergeron, alors présidente du SPP-UQAC, Richard Bouchard, membre de l’exécutif, ainsi que les professionnels de recherche Michel Tremblay et Carl Brisson. Bernard Gaucher, président de la FPPU, a accompagné l’équipe locale tout au long de cette aventure.

 

Quels sont vos défis pour les prochaines années ?

Outre le prochain renouvellement de la convention collective, le syndicat se consacrera à l’accompagnement des membres éprouvant des problèmes de santé reliés à la surcharge et au climat de travail. Leur nombre grandit sans cesse. L’obtention de l’équité entre les différents groupes d’employés de l’UQAC restera aussi une priorité, comme l’amélioration de la situation des professionnels contractuels.

Qu’est-ce que les professionnels apportent au réseau de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Les professionnels constituent un intermédiaire entre plusieurs corps d’emploi : cadres, professeurs, employés de soutien. Leur taux de roulement est faible, ce qui leur permet de développer une expertise et une connaissance approfondie du fonctionnement de l’université. Ils appuient la direction en appliquant les mesures prises en enseignement et recherche.

 

À quoi sert l’action syndicale de nos jours ?

Certains trouvent qu’un syndicat coûte cher. Ça coûte pas mal plus cher de ne pas en avoir ! Pour une cotisation minimale, nous accomplissons un travail qui passe souvent inaperçu, mais qui favorise beaucoup l’équité dans le milieu de travail. En discutant avec la partie patronale, on corrige des décisions malheureuses et on règle de nombreux litiges, pour le bénéfice de tous. On est là pour aider les professionnels, mais aussi l’université. On apporte des solutions pour que tout le monde soit le plus heureux possible au travail.

 

Comment la FPPU aide-t-elle votre syndicat à remplir sa mission ?

On n’est jamais laissés à nous-mêmes. Le soutien de la FPPU nous enlève la peur de porter une action au niveau local et de commettre une erreur qui nous retombe dessus. À la fédération, Claude et Bernard en ont vu de toutes les sortes. Ils peuvent nous comparer à tous les syndicats affiliés et obtenir des références utiles. Ils savent comment régler certains cas difficiles, comment bien tourner une lettre d’entente. On étudie ensemble chaque situation pour prendre la meilleure décision.

 

Quelles sont vos plus belles victoires ?

En 2016, on a signé une convention historique de six ans. C’est la première fois que ça se voyait à la fédération. On a obtenu une augmentation salariale de 2 % par année, pour un total de 12 %. Mais surtout, on est allé chercher quelque chose de complètement nouveau pour protéger les professionnels contractuels : le droit d’appliquer sur un contrat avant d’avoir fini celui en cours. Avant, la personne devait démissionner avant de poser sa candidature. Elle peut maintenant le faire à partir de 30 jours ouvrables précédant la date de son départ.

 

Quels sont vos défis pour les prochaines années ?

On va continuer à améliorer le statut du personnel professionnel à l’université, surtout celui des employés à statut particulier. On va aussi essayer de convaincre des gens de s’impliquer dans le syndicat. Ce n’est pas facile, parce que certains voient ça comme une bataille. Il faut démontrer qu’on est là pour représenter les professionnels, mais aussi pour aider, soutenir et orienter la partie patronale. C’est un travail intéressant. Il y a tellement de choses qu’on apprend sur l’université quand on s’implique !

Qu’est-ce que les professionnels apportent au réseau de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Les professionnels contribuent de manière importante à la poursuite de la mission d’enseignement et de recherche par le soutien apporté aux différents secteurs universitaires (pédagogie, recherche et administration). Ils ont aussi un rôle important à jouer dans l’amélioration des processus et la mise en place de pratiques innovantes. Ils procurent des connaissances de niveau avancé avec disponibilité et engagement.

 

À quoi sert l’action syndicale de nos jours ?

Accueil, écoute, accompagnement, soutien… Ce sont des actions et attitudes que bien des employeurs ne mettent pas de l’avant, mais que les délégués syndicaux préconisent toujours. L’action syndicale vient souvent pallier le manque de disponibilité, de reconnaissance, d’empathie et de justice en milieu de travail. Elle rétablit l’équilibre. Quotidiennement, le syndicat informe les membres de leurs droits, les défend en cas de besoin, assure de bonnes conditions de travail, maintient l’équité entre les employés, établit des relations saines entre l’employeur et le personnel, et protège contre le harcèlement et la discrimination.

 

Quelles sont vos plus belles victoires ?

Le syndicat a remporté en 2017 un grief qui avait une grande portée à ses yeux. Mais surtout, il a acquis une légitimité auprès des instances décisionnelles. Préserver un climat de discussion et d’ouverture, cela peut être vu comme une victoire en soi.

 

Quels sont vos défis pour les prochaines années ?

Le syndicat devra travailler fort pour assurer sa relève. En effet, le nombre de dossiers à traiter augmente chaque année. Il devra optimiser le temps consacré aux relations de travail et faire mieux reconnaître le rôle des professionnels dans notre université. Enfin, il faudra rester à l’affût au quotidien. Il y a des acquis à maintenir, des irrégularités à contrôler, et des occasions à saisir pour améliorer les conditions de travail d’un grand nombre de personnes.

UNE HISTOIRE

en 40 étapes

Clips historiques

Le 2 avril 1979, une poignée de travailleurs fonde la Fédération des professionnel(le)s d’universités. Ces pionniers donneront une voix à un corps d’emploi encore méconnu.

Au départ, la fédération est un minuscule groupe, comptant environ 250 membres dans 4 villes. Elle s’affilie alors à la Centrale de l’enseignement du Québec (la CEQ, devenue la CSQ), qui lui offre un soutien vital.

La FPPU manifeste devant le parlement de Québec, Carole Demers en tête. / archives FPPU

Carole Demers accède à la présidence. Issue de l’Université du Québec à Trois-Rivières, cette diplômée en sociologie mène la fédération dans une phase de croissance active. Et ce, jusqu’à sa retraite… en 2005!

Carole Demers lors d’une entrevue donnée en décembre 2018 / image Pascal Morin

Les professionnels de l’enseignement supérieur doivent s’unir! Ainsi en a décidé la centrale syndicale. Notre organisation se joint à son équivalent collégial pour former la Fédération du personnel professionnel des collèges et des universités(FPPCU). Elle compte maintenant quelque 800 membres, répartis également entre les deux secteurs.

Des professionnels des cégeps accueillent les étudiants au Salon de la jeunesse, en 1982, au Vélodrome olympique de Montréal. / photo Adrien Hubert, BAnQ

Un cinquième syndicat s’affilie à la fédération. Précieux renfort… L’Association du personnel administratif et professionnel de l’Université de Sherbrooke (APAPUS) regroupe alors plus de 175 membres. Elle représente une percée majeure hors du réseau de l’Université du Québec.

Professionnels manifestant à l'Université de Sherbrooke
Vers 1990, les négos piétinent. L’APAPUS pastiche le slogan de son université, « choisir et exceller », devenu « moisir et excéder »! À gauche, les leaders syndicaux Pierre Cabana et Gilles Dunberry. / archives APAPUS

« À l’université, on veut aussi former la personne qui est l’étudiant. On veut lui donner une plus grande autonomie. On veut développer sa capacité de s’intégrer dans le monde adulte. On veut ouvrir ses horizons. Toute cette formation, ce sont en grande partie les professionnels qui la font. » Ainsi débute le plaidoyer de Carole Demers à la Commission permanente de l’éducation, le 6 avril, dans le cadre d’un examen de la Loi sur l’Université du Québec. La fédération participe aux débats politiques pour rappeler la contribution de ses membres au réseau universitaire. Au fil des ans, elle présente de nombreux mémoires et exposés. Elle s’exprime notamment sur le financement public de l’université (1986), l’accessibilité de l’aide financière (1990), la politique universitaire (1998), l’assurance qualité en éducation (2011) et la conduite responsable en recherche (2014).

Carole Demers en conférence de presse
Carole Demers en conférence de presse avec Claire Lalande, de la Centrale de l’enseignement du Québec. / archives FPPU

Gilles Verville, agent d’admission et d’inscription à l’Université de Trois-Rivières et amateur d’art, perd la vie dans un accident de voiture. En sa mémoire, son syndicat lance une initiative unique en son genre. Chaque année, il décerne par jury une bourse à un étudiant en arts visuels pour l’acquisition d’une œuvre qui est ensuite exposée sur le campus. Une trentaine de créations perpétuent aujourd’hui le souvenir de Gilles en embellissant les lieux. Acquise en avril 2019, Courtille est un jardin de fleurs composé avec brio de papier, textile, bois et acier. Elle vaut à l’artiste Catherine Lalonde une enveloppe de 1500 $.

Lauréate du prix Gilles-Verville 2019
Catherine Leblond, 30e lauréate de la bourse Gilles-Verville, avec le président sortant du syndicat Martin Harvey. À droite, un détail de l’œuvre primée. / Josée Beaulieu, Néo UQTR

La FPPU défend avec ardeur les droits de ses membres. En Cour suprême s’il le faut… En 1986, deux auxiliaires de recherche sont mises à pied par l’Université du Québec à Trois-Rivières. La direction prétexte d’abord le manque de fonds, puis l’incompétence des employées. L’arbitre donne droit aux travailleuses. Sa décision sera contestée trois fois devant les tribunaux. Sept ans plus tard, la Cour suprême tranche : l’arbitre a erré dans son traitement de l’affaire. Le syndicat perd sa cause. Toutefois, ce jugement fait jurisprudence en précisant la portée de l’arbitrage en matière de droit du travail. Devant l’obligation de reprendre l’arbitrage, les parties s’entendent pour accorder une compensation financière aux professionnelles en question.

Salle d'audience de la Cour suprême
Salle d’audience de la Cour suprême du Canada / photo Philippe Landreville, CSC

Nos professionnels de l’Université du Québec sont en liesse. Leur salaire va bondir jusqu’à 11 % par année, avec paiements rétroactifs remontant à 1989 ! En négociation, la FPPU a fait valoir que leur tâche s’est complexifiée depuis l’arrivée des nouvelles technologies. Les 28 corps d’emploi y gagnent, à commencer par les bibliothécaires, dont le traitement annuel augmente de 5000 $. Dans nos syndicats de Trois-Rivières, Chicoutimi, Hull et Abitibi-Témiscamingue, l’heure est à la fête. Le quotidien Le Devoir couvre d’ailleurs la nouvelle.

Extrait de journal sur la hausse des salaires à l'UQ
Extrait du quotidien Le Devoir du 21 février 1994

Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Le symbole @ fait son apparition. La FPPU obtient sa première adresse électronique, nouveauté mentionnée dans le procès-verbal du 21 avril. Cet outil follement futuriste sera en usage… à l’automne suivant, le temps que tous s’y habituent. La FPPU dispose déjà d’un ordinateur portable, acquis deux ans plus tôt. Elle se dotera bientôt d’un téléphone cellulaire (1996), implantera une politique de développement des outils informatiques (1997), encouragera les présentations PowerPoint (1998) et lancera un site Internet (1999). Dire que les premiers ordres du jour de la fédération étaient retapés à la dactylo. On n’arrête pas le progrès.

Accueil du premier site internet de la FPPU
Le site Internet de la FPPU lancé en septembre 2009. Notez l’onglet English. On est mondial ou on ne l’est pas !

La FPPU suit de près les congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Chaque année depuis 1933, l’événement donne l’occasion de communier avec le milieu de la recherche. Entre 1967 et 2019, il se tient 15 fois dans des universités liées à la fédération, nommément à Chicoutimi, Moncton, Trois-Rivières ou Sherbrooke. Cette édition est spéciale, car un délégué syndical est libéré pendant un an pour organiser l’événement à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Installation de cafés branchés à Internet, distribution de muffins aux saveurs du terroir : on ne lésine sur aucune nouveauté pour séduire le public ! La journaliste Françoise Guénette y enregistre même une discussion sur le thème « La science parle français » pour son émission Droit de parole. « Le congrès attire environ 3000 chercheurs, et il est mémorable », se souvient le professionnel organisateur, Bernard Gaucher, futur président de la FPPU.

La FPPU au gala 2015 de l'Acfas
Délégation de la FPPU au gala de l’Acfas tenu le 22 octobre 2015 au Centre CDP Capital, à Montréal. / photo Bernard Gaucher

Victoire inouïe : les professionnels de recherche signent une première convention collective ! L’Université de Sherbrooke devient le premier établissement québécois à régulariser ses liens avec cette catégorie d’employés. L’accord établit notamment des paramètres pour l’octroi du salaire, jusqu’ici fixé de manière indépendante par chaque chercheur. La Fédération intensifie ses revendications sur les autres campus. C’est la naissance d’un mouvement qui modernisera les conditions de travail dans les laboratoires publics du Québec.

Signature première convention collective professionnels recherche au Québec
À gauche, le comité syndical : Pierre Cabana, prés. APAPUS; Georges Marceau, consultant juridique FPPU; Carole Demers, prés. FPPU. À droite, les représentants de l’Université de Sherbrooke. / archives APAPUS

Les conditions de travail se bonifient petit à petit, au fil des conventions collectives. À l’Université du Québec à Chicoutimi, le syndicat des professionnels réussit à élargir l’accès au perfectionnement payé. Désormais, les employés contractuels, comme les réguliers, peuvent demander à l’employeur de leur offrir une formation en lien avec leurs fonctions. Cet investissement favorise leur carrière tout en consolidant l’effectif universitaire.

Main écrivant dans cahier - photo concept apprentissage
Photo par Pexels sur Pixabay

La FPPU fait une belle découverte aux Fonds de recherche du Québec : de nouveaux adhérents ! Elle accueille les professionnels du Fonds société et culture, comme ceux du Fonds nature et technologies, arrivés quelques années plus tôt. Ces administrateurs scientifiques coordonnent la distribution des subventions publiques qui financent le travail des chercheurs. Malgré leur petit nombre, ils apportent au groupe un regard éclairé sur les enjeux de la recherche au Québec. L’année suivante, l’organisation change son nom en Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche.

Gros plan d'un microscope
La recherche sous examen / Konstantin Kolosov sur Pixabay

Les professionnels de recherche de l’Université Laval ont du mal à y croire. Ils sont enfin syndiqués, après une bataille juridique de 12 ans ! En 1990, leur syndicat entame des démarches avec l’appui de la FPPU. L’Université regimbe : à son avis, elle n’est pas le réel employeur de ces travailleurs spécialisés, recrutés par ses chercheurs. Le Commissaire général du travail en juge autrement. En janvier 1997, le vote pour la syndicalisation remporte 73 % des suffrages. L’Université finit par s’incliner en 2002, après avoir perdu des recours en Cour supérieure et en Cour d’appel. Toutefois, l’accord vise seulement les professionnels employés sur le campus. Pour ceux qui travaillent dans les centres de recherche affiliés, la lutte se poursuit…

Extrait de journal fondation syndicat professionnels recherche Université Laval
Extrait du quotidien Le Soleil du 14 janvier 1997

Qui aurait cru que la fédération compterait un jour des membres à l’extérieur du Québec ? Personne… jusqu’à ce qu’elle affilie les professionnels de l’Université de Moncton. Ce groupe francophone cherche un appui syndical respectueux de la culture de son établissement. Il le trouve à la FPPU. Carole LeBlanc, avec son collègue André Arseneau, pilote la démarche d’affiliation. « C’était la sécurité dont on avait besoin », résume-t-elle, 15 ans plus tard. Pour la FPPU, de nouveaux défis, de nouvelles lois à explorer.

Représentants de la FPPU et de l'Université de Moncton
Souvenir du congrès 2012 de la Fédération, tenu à Moncton. Au centre : Carole LeBlanc, prés. APAPUM, et Bernard Gaucher, prés. FPPU. / archives FPPU

Une cinquantaine de professionnels de recherche viennent grossir les rangs de la FPPU. L’arrivée de cette organisation représente un excellent exercice… de mémoire. Car il n’est pas simple de retenir son nom complet : Association du personnel du Centre de recherche sur le vieillissement de l’Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke ! L’APCRV-IUGS est cependant très bienvenue. Ces praticiens de la recherche renforcent la position de la fédération dans le milieu scientifique grâce à leur fine connaissance des enjeux du domaine. L’année suivante, ils seront rejoints par leurs homologues des laboratoires hors campus de l’Université Laval.

Anne Veil devant le Centre de recherche sur le vieillissement
Anne Veil, présidente de l’APCRV au moment où l’organisme a rejoint la fédération. / archives FPPU

Sur tous les campus québécois, des professionnels sont chargés de superviser ou coordonner le travail d’une équipe. Cette responsabilité accrue ne se reflète pourtant pas sur la paie. Pas encore… Le Syndicat du groupe professionnel de l’Université du Québec en Outaouais s’attaque au problème. En 2004, il réussit à faire enchâsser dans sa convention collective le droit à une prime de supervision. Le principe s’imposera peu à peu dans les autres établissements.

Syndicat des professionnels de l'UQO
Le syndicat des professionnels de l’Université du Québec en Outaouais célèbre son 30e anniversaire en 2007. / archives SPGUQO

Depuis quelques années, la FPPU se sent à l’étroit sous l’aile de la Centrale des syndicats du Québec. À ses débuts, elle obtenait de la CSQ (alors nommée CEQ) des services plus nombreux pour une cotisation moins élevée. Par ailleurs, ses besoins ont changé : elle a développé un autre style de négociation, axé sur le dialogue, et désire plus d’autonomie de parole et d’action. Elle expose la situation à ses membres. Le vote est clair : la fédération doit regagner son indépendance. La scission est entérinée par les syndicats membres en assemblée générale.

Discussion au conseil fédéral
Dès 2004, on débat d’une possible désaffiliation. / photo Mario Groleau

Il est apparu dans le décor au congrès de juin 1999, à son élection comme secrétaire. Bernard Gaucher prend maintenant les commandes de la fédération. Issu de l’Université du Québec à Trois-Rivières, il est diplômé en génagogie, la science des interventions en groupe. Ça paraît. Son approche calme et consensuelle facilite les discussions et les négociations. Sa présidence inaugure une phase de développement qui permettra à la FPPU de moderniser ses pratiques en s’appuyant sur des assises solides, et ce, dans le respect de ses membres.

Bernard Gaucher en 2008
Toujours zen, Bernard Gaucher préside un conseil fédéral en 2008. / archives FPPU

Pendant longtemps, les employés des laboratoires de l’Université Laval sont dans une drôle de situation. Ils ne peuvent pas se syndiquer car personne ne sait qui est leur employeur légal ! Ce rôle revient-il à l’établissement d’enseignement ou au chercheur qui les recrute ? En 2001, le Tribunal du travail tranche : les professionnels de recherche sont bien à l’emploi de l’université, sauf ceux des centres affiliés situés à l’extérieur du campus, qui demeurent « orphelins ». Après maintes négociations, les parties règlent le problème en créant une corporation de chercheurs. Il aura fallu presque 20 ans de démarches pour dénicher cet employeur… Le Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche œuvrant au CHUL (SPPROC) voit le jour et s’affilie aussitôt à la fédération. Le Syndicat des professionnels et professionnels de recherche de l’Université Laval (SPPRUL) continue pour sa part à représenter les travailleurs actifs sur le campus, sous l’aile de la CSQ.

Deux professionnels de recherche devant un microscope
Steve Gagnon et Simon Caron, membres du comité exécutif du SPPROC en 2005, en pleine discussion de laboratoire. / archives FPPU

C’est l’une des fiertés du syndicat des professionnels de l’Université du Québec en Outaouais. Après une longue bataille, l’équipe réussit à faire inclure ses collègues de la recherche dans le groupe couvert par son accréditation. Ce personnel à statut précaire obtient ainsi des conditions de travail plus stables et un salaire plus élevé. L’exploit inspirera les syndicalistes d’autres établissements du réseau de l’Université du Québec.

Des professionnels de l'UQO descendent de moto
À moto vers le campus de l’UQO à Saint-Jérôme, les délégués Michèle Beaudoin, Jean Frenette et Martin Tousignant, en 2010. / archives SGPUQO

L’apprentissage continu, l’accomplissement personnel, l’engagement social… Ce sont là des valeurs profondes de la fédération. D’où le programme de soutien aux étudiants épatants qu’elle implante dans les universités de son réseau. Attribuées de concert avec les syndicats locaux, les bourses d’excellence FPPU sont assorties d’une enveloppe allant de 500 à 2000 $. Plus de 150 000 $ ont été investis dans la relève entre 2006 et 2018. Un bon placement pour l’avenir ! Découvrez nos boursiers à https://www.fppu.ca/actions/#bourses.

Mosaïque de visages des boursiers de la FPPU
Multiples visages des boursiers FPPU. / graphisme Anne-Renée Boulanger

À quoi sert de se syndiquer ? Deux ans après être passés au vote, les membres du Syndicat des professionnelles et professionnels de la recherche œuvrant au CHUL (SPPROC) ont la réponse : 8,5 %. C’est le bond que fait le salaire de la majorité d’entre eux à la signature de leur première convention collective. La nouvelle entente normalise le traitement, qui pouvait varier de 20 000 à 60 000 $ pour le même travail. Elle encadre les pratiques de gestion du travail tout en confirmant des acquis comme le régime de retraite et les assurances collectives. Voilà près de 20 ans que ces professionnels ont lancé le processus de syndicalisation, en 1988. Le cadeau arrive juste à temps pour la fête…

Coupure de journal sur la première convention collective des professionnels de recherche du CHUQ
Extrait de l’article paru le 10 octobre 2007 dans Média Matin Québec

Promouvoir la culture scientifique est une cause chère à la FPPU, dont la moitié des membres œuvrent en recherche. Et si elle devenait partenaire du concours jeunesse Expo-sciences ? Chose dite, chose faite. Chaque année, elle décerne trois bourses de 500 $ (en sciences pures, de la santé, ou humaines et sociales) à des participants de la finale québécoise. De plus, elle remet 250 $ à deux adhérents du programme de mentorat. Bravo à toutes ces jeunes têtes chercheuses !

Deux jeunes filles font une expérience scientifique
Deux élèves de la Rive-Nord en pleine expérience pour le concours Expo-sciences. / source Réseau Technoscience

Pendant longtemps, les professionnels de l’Université du Québec renouvellent leurs conventions collectives au statu quo. Leur salaire est indexé selon la Politique salariale du gouvernement du Québec. Au terme de 10 ans, un gros écart s’est creusé avec les cadres. La FPPU négocie alors un rattrapage salarial majeur : 17 % en cinq ans. À l’UQTR, l’UQAC, l’UQAT et l’UQO, les professionnels regagnent un revenu comparable à leurs collègues des autres universités. D’autres mesures facilitent la conciliation travail-famille et améliorent les conditions des travailleurs précaires. Cette entente facilitera les négociations à venir dans d’autres universités, notamment à Sherbrooke.

L'avocat Georges Marceau et le syndicaliste Bernard Gaucher
Deux as de la négo, l’avocat Georges Marceau et le syndicaliste Bernard Gaucher. / archives FPPU

Franchir le parc du Saguenay pour aller faire signer une carte d’adhésion syndicale à deux employés d’un centre de recherche éloigné ? Abattre ces kilomètres ne rebute aucunement Richard Bouchard, du Syndicat des professionnelles et professionnels de l’Université du Québec à Chicoutimi. Son équipe caresse un rêve fou : syndicaliser les professionnels de recherche de l’établissement. Après un an de démarches, elle remporte sa campagne de charme. Une soixantaine de personnes obtiennent alors des conditions d’emploi plus stables et favorables.

Richard Bouchard sous un panneau indicateur du Parc du Saguenay
Richard Bouchard tient fièrement les deux cartes d’adhésion au syndicat pour lesquelles il a roulé pendant des kilomètres dans la nature. / archives FPPU

Un vent d’austérité souffle sur les campus du Québec. C’est le printemps érable. Pour protester contre la hausse massive des frais de scolarité, les étudiants en grève manifestent en arborant le carré rouge, symbole de résistance. La FPPU apporte un soutien financier à l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) et à la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Lors d’une conférence donnée en mai à Toulouse, elle distribue aussi des cartons rouges que les syndicalistes brandissent en appui au mouvement québécois. Le symbole sera adopté là-bas lors de quelques conflits de travail, notamment par le personnel intermittent du Festival d’Avignon.

Des Français brandissent le carré rouge lors du congrès de mai 2012 du SNPTES, un syndicat national du milieu de l’enseignement supérieur. / archives FPPU

La FPPU veut sortir de l’ombre les professionnels des universités, dont l’apport est méconnu du grand public. Elle lance donc la première campagne publicitaire de son histoire. Plus de 2000 affiches tapissent les murs de sept de ses établissements affiliés. D’abord, les passants peuvent lire des slogans intrigants, comme : « Nathaly cherche le stage idéal, mais elle est déjà à l’emploi ! » Ensuite, ils découvrent le visage de cette agente de stage et de 26 autres employés. Cette initiative de valorisation fera des petits. Au printemps 2016 suivront une publicité vidéo et le site d’information professionnelsdesuniversites.ca.

Visages de trois professionnels universitaires
Quelques visages de la première campagne de visibilité des membres de la FPPU.

La FPPU est de retour à l’Internationale de l’éducation. Elle avait dû quitter ce mouvement mondial pour l’accès au savoir après s’être séparée de la Centrale des syndicats du Québec, en 2005. Elle y revient en force en participant à l’organisation du congrès d’Ottawa, en 2015. Déployer ses antennes lui permet d’apprendre ce qui se passe en enseignement supérieur dans le monde, mais aussi de diffuser l’expérience québécoise par des conférences. La FPPU entretient des alliances avec de nombreux autres organismes d’ici et d’ailleurs, notamment la Table des partenaires universitaires et le syndicat français SNPTES.

Trois congressistes souriants
Fred van Leeuwen et Susan Hopgood, de l’IE, posent avec Bernard Gaucher, président de la FPPU, lors du congrès de Montréal en 2014.

Les professionnels de l’École nationale d’administration publique se remettent tout juste d’une phase de morosité résultant de compressions gouvernementales. Éprouvés, ils recherchent un appui pour la négociation des conditions de travail et un service-conseil juridique. Cette expertise, ils la trouvent à la FPPU. Deux ans plus tard, le vote pour la syndicalisation remporte une majorité absolue. La nouvelle association apporte à la fédération une cinquantaine de membres, dont de nombreux agents de recherche, attachés à une université spécialisée qui se consacre au service de l’État.

Signature convention collective ENAP
Première convention collective de l’APPENAP, le 21 juin 2017 / photo Marie-Chantal Evers

Le travailleur qui doit prendre un long congé pour se remettre d’un accident ou d’une maladie peut trouver ardu le retour au bureau. Les difficultés psychologiques, entre autres, accroissent le risque de rechute. Le syndicat des professionnels de l’Université du Québec à Chicoutimi attaque le problème de front en créant un comité d’étude sur les absences de longue durée. Avec l’employeur, il cherche à éliminer les facteurs de risque dans l’organisation ainsi qu’à implanter des mesures pour aider les personnes à réintégrer leur emploi. La FPPU contribue de plus à financer une recherche sur le sujet au Centre d’action en prévention et en réadaptation de l’incapacité au travail, à l’Université de Sherbrooke.

Employés de l'UQAC en pause syndicale
Pause-café Université en santé tenue à l’UQAC le 30 novembre 2015 / archives SPP-UQAC

Le printemps érable est passé, mais les mesures d’austérité, elles, perdurent sur les campus. La FPPU ne se borne pas à déposer un mémoire et à participer au Sommet sur l’enseignement supérieur. Avec d’autres défenseurs du système d’éducation, elle descend dans les rues de Québec et de Montréal. À l’automne, elle offre à ses professionnels un café au parfum de contestation lors de la Pause université en santé, moment de réflexion organisé dans plusieurs universités. Un autre événement collectif suivra à la Saint-Valentin, l’année suivante.

Membres de la FPPU manifestant contre la politique d'austérité budgétaire dans les universités
La FPPU manifeste à Montréal le 29 novembre 2014. L’avocate Sophia Rossi et la v.-p. Claude Fortin défilent avec Claude Melançon, associé du cabinet MMGS. / archives FPPU

À l’Université de Moncton, une nouvelle ère commence pour les adjointes administratives. Leur syndicat a travaillé avec l’employeur pour reclassifier les emplois en vertu de la relativité salariale. Cousine de l’équité salariale, cette démarche compare le niveau de complexité des divers postes pour s’assurer que le traitement soit juste pour tous. Plusieurs emplois généralement occupés par des femmes s’accompagnent désormais de meilleures conditions, dont celui des adjointes (qui peuvent aussi être des adjoints, bien sûr). C’est la conclusion heureuse de plusieurs années de revendication.

Photo de groupe des membres FPPU en congrès à Moncton
Moncton accueille le congrès de la FPPU, le 22 juin 2011. / photo Mario Groleau

La FPPU se soucie depuis toujours du sort des professionnels de recherche, qui vivent dans la précarité malgré un haut niveau de scolarité et d’expertise. Avec une alliance syndicale, elle contribue à deux initiatives pour moderniser leurs conditions de travail. D’abord naissent les Prix d’excellence des professionnels de recherche. Ces bourses, décernées chaque année par les Fonds de recherche du Québec, mettent en lumière l’apport des employés de la science à l’avancement des connaissances. Ensuite, l’Association du personnel de la recherche du Québec voit le jour pour repenser l’organisation du travail dans ce milieu. Le chemin qui reste à parcourir semblera moins long si on le fait à plusieurs…

Professionnel de recherche dans un laboratoire
Jean-Luc Simard, Prix d’excellence des professionnels de recherche 2018, au travail au Centre de recherche en infectiologie du CHUQ. / La petite boîte de prod

Une convention d’une durée de six ans, c’est du jamais vu à la fédération ! Jusqu’à ce que les professionnels de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue en signent une. L’entente assure une saine croissance salariale de 2 % par année et devance l’accès aux droits parentaux pour le personnel à statut particulier. Mais surtout, elle introduit un avantage crucial pour les contractuels : le droit de postuler sur un nouveau contrat avant d’avoir terminé le précédent. Jusqu’ici, une personne devait démissionner de son mandat en cours pour en solliciter un autre. Elle peut désormais le faire à partir de 30 jours ouvrables avant la date de son départ, les deux départements collaborant pour assurer la transition. Ce mécanisme, simple mais innovant, contribue à protéger le personnel précaire.

Comité exécutif du syndicat des professionnels de l'UQAT en 2015
Le comité exécutif du syndicat élu en novembre 2015 : Claude Boucher, Marie-Pier Belisle, Ann Gervais, Martin Barrette et Martin Villemure. / archives SPPUQAT

Que ce soit pour prendre soin de sa famille ou pour réaliser un projet personnel, il peut être sain de réaménager temporairement son horaire de travail. À l’Université de Sherbrooke, le syndicat des professionnels propose à l’employeur une mesure novatrice à cet effet. L’idée ? Permettre de compresser l’horaire de 35 heures de façon à dégager une demi-journée par semaine. Par ailleurs, il est aussi possible de réduire volontairement les heures de travail effectuées. À l’essai depuis 2011, ces formules sont désormais enchâssées dans la convention collective. Une pratique créative qui favorise la conciliation travail-vie personnelle.

Un jeune père donne le biberon à son bébé dans un parc
Robin Renaud, initiateur de cette mesure profamille et actuel président du syndicat, avec sa fille Cléophée.

Les professionnels de l’École nationale d’administration publique ont leur voyage ! Pour offrir des services de pédagogie ou de recherche aux organismes qu’ils servent, ils doivent souvent se déplacer, parfois aussi loin qu’en Afrique. Mais les heures passées en transport ne figurent pas toutes sur leur paye. Pas encore… La nouvelle convention collective prévoit que les périodes de route ou de vol seront désormais rétribuées. Elle comporte aussi d’autres avantages, dont des descriptions clarifiées des divers postes.

Femme au volant d'une voiture
Photo par Element 5 Digital sur Unsplash

Peut-on avoir trop de vacances ? Pas aux yeux du Syndicat des professionnelles et professionnels de la recherche œuvrant au CHUL. Leurs membres ont maintenant droit à une cinquième semaine de congé payé après 18 ans service cumulé. La convention collective prévoit aussi une hausse salariale pour une majorité de professionnels, qui passent de la catégorie 1 à 2. Un cornet au chocolat avec ça ?

Un hamac devant le lac Vert, en Outaouais
Au lac Vert, en Outaouais, été 2019 / photo Claude Fortin

Les collègues de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue peuvent désormais aspirer à une distinction particulière. Le nouveau Prix des professionnelles et professionnels de recherche de l’UQAT est lancé, assorti d’une bourse de 1000 $. À sa première remise, il couronne deux lauréates ex aequo : Akué Sylvette Awoh, de l’Unité de recherche et de service en technologie minérale, et Mariella Collini, de l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue. Le concours est mis sur pied par le syndicat des professionnels et l’employeur afin de reconnaître le précieux apport de ces employés. Tout le monde y gagne !

Remise des prix d'excellence des professionnels de l'UQAT en 2019
La lauréate Mariella Collini en compagnie de Martin Barette, président du syndicat des professionnels. / photo Mélissa Roy, UQAT
PROFESSIONNELS

en pandémie

L’histoire se poursuit de façon parfois inattendue… La FPPU avait à peine fêté ses 40 ans qu’éclatait la COVID-19, la pire pandémie depuis la grippe espagnole de 2018. Le 20 mars 2020, le Québec annonçait la fermeture temporaire de ses écoles, collèges et universités. Pour les professionnels de l’enseignement supérieur et de la recherche commençait un sprint effréné pour s’adapter au télétravail ou, dans le cas du personnel essentiel, aux normes sanitaires renforcées dans les lieux publics. Voici comment quelques-uns de nos membres ont surmonté la crise.

Designed & Developed by ThemeXpert

Prix Reconnaissance 2014

 

Mémoire phénoménale et sens de l’humour

Nous sommes heureux de présenter le prix Reconnaissance pour l’engagement dans un syndicat local à notre collègue et ami Mario Groleau.

Dès le début de son implication, sa grande connaissance de l’université, son expertise dans différentes organisations et ses compétences en informatique en faisaient un candidat de marque pour un poste au comité exécutif.

Tout au long de ces années, il a toujours été disponible, à l’écoute de tous et chacun, débordant de conseils judicieux. Une source précieuse pour trouver les solutions.

Ses connaissances dans de nombreux domaines, sa mémoire phénoménale, son sens de l’humour font de lui un excellent représentant syndical, mais surtout un collègue très apprécié.

Toujours présent aux nombreuses réunions du syndicat, aux rencontres de l’université, aux événements protocolaires ainsi qu’aux réunions de la FPPU, il reste posé et assure les suivis nécessaires dans tous ses dossiers.

L’engagement bénévole de notre membre est de longue date, de 2000 à 2005 comme délégué syndical et de 2005 à 2014 à titre de président du syndicat. Cela représente 14 ans de loyaux services au comité exécutif. On peut dire que Mario est un digne ambassadeur du mouvement syndical.

Bravo Mario pour ta grande implication au sein du Syndicat du personnel professionnel de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Au nom de tous les membres, nous te disons encore une fois merci !

Texte hommage par Daniel Bellefleur

 

À propos de ce prix

Depuis 2002, la FPPU honore des membres qui s’engagent de manière exceptionnelle dans ses instances ou dans leur syndicat local. La remise des prix Reconnaissance a lieu lors du congrès de la Fédération, tous les trois ans.

 

×

Prix Reconnaissance 2017

 

Empathie et engagement

Si vous demandez aux membres de l’Association du personnel administratif et professionnel de l’Université de Sherbrooke (APAPUS) de vous parler de Josée, ils dresseront la liste des qualités suivantes :

rigueur intellectuelle
connaissance de ses dossiers
importance du service bien rendu
efficacité
… et franchise, car il faut dire les choses de façon directe pour bien se comprendre !

À cela, le comité exécutif ajoutera que Josée est la mémoire de son Association. Qu’elle est reconnue pour bien s’occuper des membres — pour ne pas dire les chouchouter — et pour faire preuve d’une grande empathie.

Les responsables des ressources humaines de l’Université de Sherbrooke, elles, préciseront que Josée connaît sa convention collective sur le bout de ses doigts. Qu’elle se montre compréhensive pour l’application des dispositions générales, mais sans pitié lorsqu’une situation difficile touche un membre de l’APAPUS. Et qu’on l’engagerait bien aux ressources humaines pour gérer tout ça !

Toutes ces raisons sont bonnes pour que la FPPU et l’APAPUS décernent ensemble à Josée Arpin le prix Reconnaissance, qui souligne un engagement exceptionnel envers la cause syndicale et la défense des professionnels.

Durant toutes ces années, Josée a eu à régler des situations pas toujours faciles. Plaintes de harcèlement, congédiement pour alcoolisme, problèmes de toxicomanie ou de santé mentale… Elle en a vu des vertes et des pas mûres.

Elle a toujours su être juste et équitable. Je me souviens entre autres de cette fois où l’employeur, pour contester la poursuite d’un congé de maladie, a demandé à une professionnelle de se soumettre à une contre-expertise par un psychiatre. Josée voyait que la syndiquée serait incapable de faire face toute seule à cette obligation. Elle l’a donc accompagnée en personne à Montréal. Accompagner, pour Josée, ça veut dire beaucoup de choses :

prendre le rendez-vous
tenir une rencontre préparatoire
planifier la tenue vestimentaire
conduire la personne à son rendez-nous
faire un débriefing…

Josée, les membres de l’APAPUS ont eu de la chance de t’avoir. Et la FPPU a eu de la chance de te rencontrer. Au nom de la Fédération, je te dis : mission accomplie.

Bernard Gaucher, président de la FPPU

Hommage rendu le 8 juin 2017, à Mont-Saint-Hilaire

 

À propos de ce prix

Depuis 2002, la FPPU honore des membres qui s’engagent de manière exceptionnelle dans ses instances ou dans leur syndicat local. La remise des prix Reconnaissance a lieu lors du congrès de la Fédération, tous les trois ans.

 

×

Prix Reconnaissance 2017

 

Une voix pour les professionnels de recherche

Je suis très heureux de remettre le prix Reconnaissance à Suzanne Fortier, une « vraie de vraie » professionnelle de recherche. La Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche et le Syndicat des professionnelles et professionnels de la recherche œuvrant au CHUL (SPPROC) s’unissent pour lui rendre un hommage hautement mérité. Cette femme déterminée a toujours montré un profond désir de défendre ses membres. Elle a contribué à faire avancer le débat sur les conditions d’emploi des travailleurs de la science, un sujet qui nous tient à cœur.

Si vous voulez connaître Suzanne, pensez au mot « patience ». Envers ses membres, elle fait preuve d’une écoute et d’une disponibilité sans faille. Avec son interlocutrice du département des ressources humaines, elle a su créer un lien de respect qui subsiste encore aujourd’hui, bien après la fin de son mandat à la présidence du syndicat.

Par contre, elle peut s’impatienter dans certaines circonstances… que nous ne mentionnerons pas. Elle ne supporte pas la bêtise humaine, peu importe de qui ça vient !

Suzanne est une pionnière. Elle a participé à la création du SPPROC en 2006. Elle a quitté la vie syndicale quelques années plus tard, mais lorsqu’il y a eu une démission en bloc au comité exécutif, elle a repris le flambeau. Son bébé avait besoin d’aide pour continuer à grandir… Crise d’adolescence ou pas, Suzanne s’est engagée au SPPROC jusqu’à l’automne 2016.

Se promener avec elle au Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec (site du CHUL), c’est comme sortir avec une célébrité. Elle connaît tout le monde : chercheurs, professionnels, employés de soutien… Elle s’informe des dernières nouvelles, du contrat récemment obtenu, du retour de congé de maternité, et de comment va le petit de 3 ans. Elle s’intéresse sincèrement à chacun. Et ses collègues le lui rendent bien.

Suzanne Fortier sera assurément une ambassadrice à vie du SPPROC, sa création, qui atteindra bientôt la maturité. Comme elle a toujours été une alliée indéfectible de la FPPU.

Merci Suzanne !

Bernard Gaucher, président de la FPPU

Hommage rendu le 8 juin 2017, à Mont-Saint-Hilaire

 

À propos de ce prix

Depuis 2002, la FPPU honore des membres qui s’engagent de manière exceptionnelle dans ses instances ou dans leur syndicat local. La remise des prix Reconnaissance a lieu lors du congrès de la Fédération, tous les trois ans.

×

Prix Reconnaissance 2017

 

Une faim de justice

VOTRE ATTENTION S’IL-VOUS-PLAîT ! Tous les collègues de Daniel ont déjà entendu ça. C’était sa façon de ramener le calme dans un groupe. Et avec sa voix puissante, je vous jure que ça fonctionnait.

C’est avec joie que la Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche, en collaboration avec du Syndicat du personnel professionnel de l’Université du Québec à Trois-Rivières (SPP-UQTR), remet à Daniel Bellefleur son prix Reconnaissance dans le cadre du congrès de 2017. Son engagement envers notre cause mérite d’être souligné, à la fois comme officier de son syndicat et comme trésorier de la FPPU.

Travailler avec Daniel, dans un premier temps, et sans jamais déroger à ce principe, c’est d’abord régler les questions… de bouffe. Après, on peut établir le plan de discussion et les séquences de travail pour la journée. Devinez ce qu’on va prévoir en premier dans notre plan de match ? Les pauses et le dîner !

Un ami de notre lauréat, Martin Lambert, m’a conté une histoire à son sujet. Un jour qu’il était à son chalet, Daniel se préparait pour aller la pêche. À 7 h, il était sur le lac pour pêcher toute la matinée. Précautionneusement, il avait apporté quelques petites denrées pour se sustenter.

thermos de café
barres tendres
bonbons
sandwich
chips…

À 9 h, il lance : « Hé, Martin, il est temps de retourner au chalet, ça va être l’heure de la collation ! »

Vous comprenez ici que Daniel aime rire et nous faire rire. Si vous avez besoin d’une petite thérapie, demandez-lui de vous raconter les nombreux déménagements de ses enfants. On n’en dit pas plus pour ne pas gâcher le punch.

Mais cet homme n’est pas qu’un bon vivant doté d’un grand sens de l’humour. Sur le plan professionnel, il arrive toujours bien préparé aux diverses rencontres syndicales. Il adore les règles et les processus clairs. Plus d’une fois, en période de négociation, il a réussi à convaincre la partie patronale sans jamais hausser le ton. Daniel ne lâche jamais prise ! Pour lui, se faire dire non, ça égale « on poursuit les discussions ». Se faire dire oui, ça signifie « on essaie d’avoir mieux ».

Au nom de toute la Fédération, je le remercie pour ses longues années de travail pour le bien commun et lui souhaite une retraite heureuse. Avec beaucoup de belles parties de pêche !

Bernard Gaucher, président de la FPPU

Hommage rendu le 8 juin 2017, à Mont-Saint-Hilaire

 

À propos de ce prix

Depuis 2002, la FPPU honore des membres qui s’engagent de manière exceptionnelle dans ses instances ou dans leur syndicat local. La remise des prix Reconnaissance a lieu lors du congrès de la Fédération, tous les trois ans.

×

Prix Reconnaissance 2014

 

La mémoire de son syndicat

C’est à un homme de conviction que nous voulons rendre hommage. Il s’agit d’une personne qui fait preuve d’une véritable passion pour la justice et l’équité.

André Arseneau est d’humeur inébranlable et généreux de son temps. Tout devient simple en discutant avec lui. Soucieux du bien-être de ses amis et collègues, il les conseille constamment en matière d’ergonomie.

Conservateur, il note tout dans son précieux livre blanc, tel un recueil d’archives.

Ses qualités personnelles sont au service de sa vie professionnelle. On le reconnaît patient, calme, organisé, honnête et dévoué; il est notre mémoire à l’Association du personnel administratif et professionnel de l’Université de Moncton (APAPUM).

Il connaît l’historique des dossiers puisqu’il siège à la table de divers comités, tel un seigneur de l’époque, depuis belle lurette. Pour en nommer quelques-uns :

  1. André a été élu président de l’APAPUM en décembre 2001 et est demeuré en poste jusqu’en mai 2006. Auparavant, il avait siégé au CA de nombreuses années.
  2. Il a joué un rôle primordial dans l’affiliation de l’APAPUM à la FPPU en 2004.
  3. Il a siégé au comité de négociation à plusieurs reprises.
  4. Il siège au comité de santé et sécurité au travail.
  5. Il a siégé au comité de pension.
  6. Il a siégé au comité de classification, un dossier chaud depuis 2010, dans lequel André joue encore un rôle très actif.
  7. Il termine un mandat de trois ans comme conseiller à la Fédération.

Au nom de tous, nous te disons bravo, André, et merci pour ton dévouement exemplaire envers l’APAPUM.

Texte hommage par Chantal DeGrâce

 

À propos de ce prix

Depuis 2002, la FPPU honore des membres qui s’engagent de manière exceptionnelle dans ses instances ou dans leur syndicat local. La remise des prix Reconnaissance a lieu lors du congrès de la Fédération, tous les trois ans.

×